Mon Parcours

Socrate et Platon par Raphaël.
Socrate et Platon par Raphaël.
Maïeutica assistant une parturiente, Antiquité grecque
Maïeutica assistant une parturiente, Antiquité grecque

Parcours professionnel

J’ai obtenu mon DE de sage-femme diplômé de la faculté de médecine et de maïeutique de Lyon en 1990. De 1992 à 2002, j’ai occupé un poste à temps plein à la maternité de l’Hôpital de la Croix-Rousse.

 

1993 : DU de périnéologie.

 

1996 : DU d’échographie obstétricale.

 

2002-2005 : formation à l’eutonie générale.

 

Depuis 2002 : cabinet libéral, accompagnement global de la naissance. Accès au plateau technique de la Clinique Champ fleuri à Décines, puis à celui du centre hospitalier de Givors.

 

Entre 2002 et aujourd’hui, j’ai accompagné environ 500 naissances.

Pour 2017, j'ai pris la décision de réorganiser ma façon d'exercer. Je cesse (provisoirement, peut-être), de pratiquer les accouchements. Bien sûr, je continue d'assurer le suivi pré et post natal à mon cabinet. J'éprouve le besoin de retrouver un espace personnel de réflexion sur ma fonction et ma pratique. Ce site y participe.

 

La maïeutique

 

Le terme de maïeuticien est un néologisme, proposé par l’académie française en 1982, pour désigner les hommes postulant pour la première fois au concours des écoles de sages-femmes.

 

En effet, il a fallu attendre décembre 1981 pour que des hommes aient accès à ce concours en France, en conformité avec une loi européenne, sur la non discrimination de sexe dans l’exercice d’une profession !

 

Ce terme de maïeuticien ne fît pas l’unanimité à l’époque mais ne sort pas de nulle part. Il prend d’ailleurs tout son sens si l’on s’intéresse à son étymologie. L’origine de la maïeutique remonte à la Grèce antique où les sages-femmes se nommaient « maïeutica », du nom de Maïa, déesse de la fécondité.

 

La mère de Socrate, philosophe grec, était une « maïeutica » fort appréciée par ses contemporains. C’est donc en l’honneur de la mère de Socrate que Platon, jeune disciple de Socrate, nomma dans ses écrits l’enseignement de son maître la « maïeutique ». Cette philosophie mise en forme et enseignée par Socrate était de tradition orale. Plutôt que de répondre directement aux questions de ses disciples, Socrate les accompagnait dans un cheminement intérieur pour qu’ils puissent trouver eux-mêmes leurs réponses.

 

 

La réponse est contenue dans la question et la maïeutique est la dialectique qui permet de trouver le chemin qui, de la question, mène à la réponse. Ce qui rend, finalement, le temps de la question plus important que la réponse. La maïeutique socratique est devenue l’art d’accoucher de l’esprit ou l’art de l’accompagnement.

Voilà, nous avons dans les racines du néologisme « maïeuticien » tous les ingrédients qui m’ont fait aimer et choisir ce beau métier de sage-femme. Toute ma pratique tend à développer un savoir-faire et cultiver un savoir-être au service des couples. Je les aide à faire du lien entre leur volonté de créer une famille et leur capacité à atteindre ce noble objectif.

Mon rôle n’est pas de vous accoucher mais bien de vous aider à trouver en vous toutes les ressources nécessaires à la mise au monde de votre bébé. Toutes les compétences sont déjà là, disponibles en vous, dans votre corps, dans le registre des compétences instinctives et pas encore cognitives. Ils suffit de trouver ce chemin intérieur qui vous permettra de mettre en œuvre l’action juste, l’acte créatif personnel.

Aujourd’hui je résume les enjeux de ce chemin intérieur par : « être ici, maintenant et dans l’ouverture. »